Léon de Griffes répond à l’interview d’Indécence

Interview Léon de Griffes Interview Léon de Griffes  Interview Léon de Griffes

 

1 – Parlez-nous un peu de vous, votre bio de manière succincte (Nom, pseudo, pays, ….)

Je suis ingénieur sur Toulouse, papa divorcé de trois diablotins, j’ai 33 ans et je me suis lancé dans l’écriture début 2014 avec le pseudo Léon de Griffes.

 

2 – Comment vous est venue l’idée d’écrire ?

En vérité, je m’y suis mis parce que j’en avais besoin. J’ai d’abord écrit pour moi. Et puis, après avoir publié mes textes, j’ai accroché autant que mes lecteurs, alors je me suis lancé dans l’auto édition.

 

3 – Que signifie « être auteur » pour vous ?

Pour moi, être auteur, c’est avant tout un état d’esprit. Il faut avoir envie de créer et de donner à penser, de faire voyager les lecteurs, d’embarquer tout le monde dans une aventure, absorber les attentions, créer des frustrations, des frissons, des envies.

 

4 – Vous sentez-vous auteur ?

Je crois, j’espère en tout cas.

 

5- Quelles sont les émotions ou sensations que vous préférez quand vous écrivez ?

L’excitation, évidemment. Mais aussi la frustration, qui va très bien avec.

 

6 – Dans quelles circonstances vous vient l’inspiration ?

Alors ça, j’aimerais bien le savoir. Une semaine je vais être très prolifique, une autre semaine absolument incapable d’écrire une ligne, et je suis incapable de déterminer ce qui génère ces hauts et ces bas, c’est très frustrant…

 

7 – Un lieu de prédilection pour écrire ?

Mon bureau, uniquement.

 

8 – Un moment privilégié pour écrire ?

Principalement le soir, voire la nuit.

 

9 – Lisez-vous des ouvrages d’autres auteurs dans votre domaine d’écriture ?

Un peu, mais clairement pas assez, je me suis promis de changer ça.

 

10 – Vos personnages sont réels ou imaginés ?

Totalement imaginés et tout droit sortis de mon cerveau torturé !

 

11 – Duquel de vos personnages vous vous sentez le (a) plus proche ?

Pour le moment, je n’ai écris que du point de vue de femmes, donc c’est délicat de répondre. Mais mon futur roman parlera de Simon, auteur érotique, donc j’en serais beaucoup plus proche en effet.

 

12 – Que vous apporte l’écriture (physiquement, moralement, humainement)?

Une grande satisfaction personnelle, l’impression de me réaliser enfin.

 

13 – Comment vivez-vous la critique positive ?

Avec beaucoup de plaisir.

 

14 – Comment vivez-vous la critique négative ?

Je suis de ceux capables d’entendre les pires critiques sans jamais me vexer, tant qu’elles sont constructives et justifiées.

 

15 – Cela a t-il était difficile de vous faire publier ?

Pour le moment, non, mais je tente pour la première fois de me faire éditer chez de gros éditeurs et c’est beaucoup plus difficile dans ce cas…

 

16 – Si vous deviez coécrire un roman avec un autre auteur, lequel serait-il ?

Je ne suis vraiment pas certain de pouvoir le faire, en fait, je suis quelqu’un d’assez solo quand je travaille ou j’écris.

 

17 – Si vous deviez dire simplement quelques mots de vous ou de votre ou vos œuvres, à un public, ce serait ?

Un style direct, sans fioritures, très imaginatif et fantasmatique. J’adore poser des contextes suffisamment fouillé pour que les scènes érotiques en deviennent terriblement excitantes.

 

18 – Quelles sont vos projets à termes (Court, moyen et long terme) ?

Un roman donc, un second en cours d’écriture, une série en cours aussi, et probablement de nombreuses nouvelles.

 

19 – Votre devise ? Votre couleur préférée ?

Il va falloir que je réfléchisse à une devise, ce n’est pas la première fois qu’on me la demande, je n’en ai pas pour le moment. Quant à la couleur, je dirais le brun, le bordeaux, le chocolat, enfin toutes ces teintes chaudes et sombres.

 

20 – Un remerciement particulier ?

À ma compagne évidemment, qui me suit dans l’aventure, m’inspire, me souffle des idées, me réconforte. Et puis à mes relectrices, qui font un travail formidable !