Gena Cah répond à l’interview d’indécence

Gena Cah répond à l’interview d’indécence Interview Gena Cah Gena Cah répond à l’interview d’indécence

Gena Cah

 

Merci à Gena Cah d’avoir accepté de répondre aux quelques questions que je lui ai posé et que peut-être vous vous posez.

 

1 – Parlez-nous un peu de vous, votre bio de manière succincte (Nom, pseudo, pays,…)

Par où commencer ? Je m’appelle Amélie, mais je me fais appeler Gena Cah. C’est en réalité l’anagramme du nom de jeune fille de ma mère. Je suis Française, Picarde pour être exacte et pour plus de précision je vis dans un petit village de la somme. J’ai 28 ans, travail comme conseillère clientèle et suis pacsé depuis prés de 10 ans.

 

2 – Comment vous est venue l’idée d’écrire ?

J’écris depuis longtemps, rien de bien concret. Des poèmes, des petits textes… Rien de bien conséquent, mais c’est ce qui m’a permis de commencer l’écriture… Je me suis finalement lancé dans un texte plus gros, un vrai roman et puis finalement j’ai écrit Chambre 3010… C’est une véritable passion, une envie de transmettre des sentiments au travers des mots.

 

3 – Que signifie « être auteur » pour vous ?

C’est une question bien complexe. Être auteur signifie beaucoup… Un collégien écrivant une rédaction en est l’auteur… Une personne partageant son plaisir par écrit est l’auteur de son texte… C’est comme ça que je définirai le fait d’être un auteur : écrire pour le plaisir et l’envie de le partager.

 

4 – Vous sentez-vous auteur ?

Oui, dans le sens où j’écris mes textes, et non dans le sens où je n’en suis qu’aux prémices… Un bébé auteur très certainement.

 

5- Quelles sont les émotions ou sensations que vous préférez quand vous écrivez ?

En premier lieu j’aime quand l’idée germe dans mon cerveau. J’ai l’impression que des milliers de fourmis s’activent pour créer une chaîne de mots, c’est très exaltant.

Ensuite, je pose les premières phrases, puis elles s’enchaînent parfois de façon frénétique. Il m’est arrivé d’en avoir des crampes aux mains tellement je tapais sur le clavier.

L’histoire prend forme d’elle-même et c’est à la relecture que je ressens le sentiment le plus fort : celui de visualiser chaque scène, c’est très excitant.

Et enfin le moment où je mets le point final, il se peut que je pleure de soulagement, de fatigue ou encore de fierté… C’est grisant en réalité.

 

6 – Dans quelles circonstances vous vient l’inspiration ?

Elle peut venir de n’importe où. Un anime que je regarde à la télé, une chanson, une phrase, un inconnu que je croise dans la rue ou encore en dormant… Elle vient de partout et nulle part à la fois.

 

7 – Un lieu de prédilection pour écrire ?

J’aime écrire dans mon bureau au calme. J’y suis dans une bulle complètement hermétique, personne ne vient m’y déranger et pour être sûre d’être complètement coupé de tout, je branche ma playlist et me laisse envahir par les sons.

 

8 – Un moment privilégié pour écrire ?

J’écris quand l’envie me prend, cela peut-être tôt le matin ou tard la nuit… Il m’est arrivé de me lever en plein milieu de la nuit pour écrire ne serait-ce qu’un paragraphe. Mais, à choisir, je préfère écrire le soir… C’est le moment le plus zen de la journée.

 

9 – Lisez-vous des ouvrages d’autres auteurs dans votre domaine d’écriture ?

Oui, c’est ma lecture favorite, alors forcément j’en lis. Au départ c’était surtout pour la découverte des histoires et puis plus le temps passe, plus je me rends compte que c’est pour observer… La construction du texte, le fond de l’histoire, la trame, les intrigues… J’en suis arrivée à faire plus l’analyse du texte que de la lecture pure… C’est parfois gênant, mais j’aime ça.

 

10 – Vos personnages sont réels ou imaginés ?

Tous mes personnages sont imaginaires. Même si chacun d’entre eux à une part de moi, que ce soit au niveau du caractère, du physique ou de la vie personnelle… Ils sont imaginaires avec un fond de vérité.

 

11 – Duquel de vos personnages vous vous sentez le (a) plus proche ?

Sans hésiter Coline… Son tempérament de feu me correspond assez bien.

 

12 – Que vous apporte l’écriture (physiquement, moralement, humainement) ?

L’écriture m’a littéralement sauvée. Ma mère est décédée en 2010, je suis tombé dans une spirale infernale et je touchais véritablement le fond… Quand je me suis vraiment mise à écrire, je me suis senti soulagé et finalement j’ai réussi à mettre des mots sur mes maux… ça m’a guéri et j’ai réussi à faire mon deuil 5 ans après son départ… Sans l’écriture, je ne m’en serais certainement pas remise. J’avais perdu énormément de poids, je traversais une période de profonde dépression, écrire m’a permis de tout évacuer et de me reprendre en main. C’est cette passion qui a fait ce que je suis aujourd’hui et qui me pousse à aller de l’avant, toujours.

 

13 – Comment vivez-vous la critique positive ?

Elle me touche énormément et me laisse sans voix. Savoir que ce que j’écris plaît, me va droit au cœur… C’est une véritable décharge de bonheur… C’est assez indescriptible en fait.

14 – Comment vivez-vous la critique négative ?

Comme tout le monde, je suppose… Elle passe difficilement sur le coup et je finis par la prendre comme elle est : une critique constructive, qui fait que je vais m’améliorer et reprendre ce qui ne va pas pour que cette critique ne se fasse plus.

 

15 – Cela a-t-il était difficile de vous faire publier ?

Je mentirais si je disais oui… J’ai écrit pour le plaisir de le faire et lorsque j’ai sauté le pas suivant l’impulsion qu’on venait de me donner, quelques jours plus tard j’ai eu un retour positif… Alors pour Chambre 3010 je dirais que cela s’est fait de façon naturelle et rapide.

 

16 – Si vous deviez coécrire un roman avec un autre auteur, lequel serait-il ?

Il y en tellement… Si je devais écrire avec un auteur célèbre, ce serait certainement Julie Kenner… Ses mots me touchent et sa plume me transperce. Dans ses écrits j’arrive à me projeter et à vivre son histoire… En auteur moins connu, je dirais Angel.B… En réalité, je triche, nous avons déjà écrit ensemble… C’était un défi à deux auteurs sur wattpad. Les lecteurs nous donnaient des contraintes et nous étions obligés de les incorporer à la trame de l’histoire… C’était en quelque sorte un livre interactif. Cela me plaisait beaucoup, Angel a un talent indéniable et j’attends avec impatience son édition prochaine.

 

17 – Si vous deviez dire simplement quelques mots de vous ou de votre ou vos œuvres, à un public, ce serait ?

Je suis quelqu’un de simple et naturel… J’ai rarement ma langue dans la poche, mais je ne mords pas. J’aime la franchise et j’aide toujours dès que je le peux… Je crois que mes histoires en sont le parfait reflet… Mais je vous laisse vous faire votre propre opinion à ce sujet.

18 – Quels sont vos projets à terme (court, moyen et long terme) ?

Continuer à écrire, encore et toujours. Faire connaître mes écrits, mon style. Emmener le lectorat dans mon monde et vivre pleinement ma passion.

 

19 – Votre devise ? Votre couleur préférée ?

Ma devise : Advienne que pourra…

Ma couleur favorite : Le rouge et le noir… Oui, je sais… Ça fait deux.

 

20 – Un remerciement particulier ?

Un seul ? Je n’en aurais pas assez.

Je tiens à remercier mes lecteurs, ceux qui me suivent depuis le début et ceux qui viendront s’ajouter à la liste… Sans vous je n’aurais pas réussi et mon aventure ne serait pas la même… C’est vous qui m’avez poussé et soutenu, vous êtes mon moteur.

Merci à mon « presque mari » de son soutien sans faille…

Merci à Angel.B, Cek Tika, Amina Cornant et Karine Lectrice Inconditionnelle Tisler (Barrois)… Vous êtes de véritables amies et de vrais piliers… Vous me faites avancer chaque jour un peu plus… Merci de me supporter.

Et évidemment un immense merci à ma sœur, Ophélie, qui m’a donné la première impulsion et qui m’a soutenue tout au long de l’aventure.

 

 

 

Découvrez la voix de Gena Cah