Eva Adams répond à l’interview d’Indécence

Eva Adams répond à l'interview d'Indécence  Interview Eva Adams  Eva Adams répond à l'interview d'Indécence

Eva Adams répond à l'interview d'Indécence

 

Merci à Eva Adams d’avoir accepté de répondre aux quelques questions que je lui ai posé et que peut-être vous vous posez.

 

1 – Parlez-nous un peu de vous, votre bio de manière succincte (Nom, pseudo, pays…)

Je m’appelle Eva Adams, j’écris de la romance érotique. Je vis en France, au bord de la mer avec ma famille. Je suis une épicurienne de la vie, de tout ce qu’elle peut m’apporter. Je me nourris des gens, des livres, des odeurs, du soleil, du vent … tout ce qui m’entoure en fait.

2 – Comment vous est venue l’idée d’écrire ?

Depuis que je sais écrire j’écris. Des poèmes déjà, comme la plupart, puis des histoires qui se prolongeaient. J’ai toujours écrit sur les émotions et les sensations. J’aime l’idée qu’un mot puisse me faire ressentir une sensation particulière, corporelle, sensorielle…

 

3 – Que signifie « être auteur » pour vous ?

Être auteur c’est emporter le lecteur dans un espace hors du temps. C’est aussi, le temps de l’écriture se sentir porté par sa vie, suivre son personnage, ressentir ce qu’il ressent, lui parler, pleurer avec lui et applaudir les choix qu’il a faits. Être auteur c’est accepter que d’autres s’emparent de son héro et lui donne une autre existence que ce qu’on a voulu pour lui. Enfin, être auteur c’est écrire pour se libérer car je pense que l’on écrit déjà pour soi et ensuite on partage ses mots avec d’autres.

 

4 – Vous sentez-vous auteur ?

Je me sens plein de choses. Il m’est difficile de me mettre un qualificatif car je suis multitâche. Si je reprends ce que j’ai dit juste avant, alors oui je suis auteur.

 

5- Quelles sont les émotions ou sensations que vous préférez quand vous écrivez ?

Quand j’écris je suis habitée par mes personnages, je dis bien tous mes personnages ! Ce que j’aime c’est quand j’ai une ligne de conduite et que le protagoniste prend une autre direction et que je le suis (parce que je ne suis que la plume qui lui donne vie). Comme j’ai des écouteurs quand j’écris je ne m’entends pas toujours, mais je crie parfois, je ris, je fais des onomatopées, je chante. L’écriture me met dans un état particulier, comme si j’étais hors du temps et que rien ne pouvait m’atteindre. Je peux écrire des heures sans voir vivre mon entourage autour de moi.

 

6 – Dans quelles circonstances vous vient l’inspiration ?

Elle vient partout et tout le temps. Une personne qui passe devant moi, un parfum qui effleure mes narines, une sensation, un contact particulier avec quelqu’un, un regard, un sourire, un mot, des mots, des morceaux de vie qui ne m’appartiennent pas, des envies suscitées par d’autres. Tout m’anime !

 

7 – Un lieu de prédilection pour écrire ?

Mon bureau, toujours.

 

8 – Un moment privilégié pour écrire ?

En général le soir, quand le monde autour de moi est endormi et que j’ai de longues heures devant moi pour le faire.

 

9 – Lisez-vous des ouvrages d’autres auteurs dans votre domaine d’écriture ?

Je lis beaucoup, pas que de l’érotisme d’ailleurs. Je suis aussi une épicurienne livresque.

 

10 – Vos personnages sont réels ou imaginés ?

Tous mes personnages sont imagés mais certaines de leurs caractéristiques sont empruntés à des gens de je connais ou que j’ai connu.

 

11 – Duquel de vos personnages vous vous sentez le (a) plus proche ?

Pour le moment le personnage qui serait le plus proche de moi, je ne l’ai pas encore créé. Mais dans tous il y a un peu de moi.

 

12 – Que vous apporte l’écriture (physiquement, moralement, humainement) ?

Physiquement : Des tensions bien sûr. Parfois je m’acharne sur mon clavier parce que je suis prise dans une scène qui peut faire plusieurs pages et je veux aller au bout.

Moralement : Cela me vide et me remplie, ce sont les vases communicants, plus je me vide dans l’écriture et plus je me remplis et plus j’écris.

Humainement : Cela m’amène un regard sur un monde individuel, un moment privilégié que j’expose au monde et qui me fait me sentir appartenir à ce monde.

 

13 – Comment vivez-vous la critique positive ?

Comme tout le monde je pense, je suis contente. Sur le moment ça me fait du bien, puis j’essaie de prendre de la distance parce que la critique est subjective et personnelle.

 

14 – Comment vivez-vous la critique négative ?

Sur le moment je ne la prends pas bien, puis j’essaie de comprendre les raisons. Parfois c’est disproportionné alors je m’en éloigne et par moment je l’intègre et me dis qu’il faudrait améliorer certaines choses.

 

15 – Cela a t-il était difficile de vous faire publier ?

J’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs maisons et quand L’Ivre-Book m’a contacté je n’ai pas hésité à signer. Cela m’a demandé quelques semaines.

 

16 – Si vous deviez coécrire un roman avec un autre auteur, lequel serait-il ?

Je pense à plein d’auteurs, femmes et hommes, mais j’aimerais écrire avec des personnes qui ont des choses à faire découvrir dans leur domaine, pas seulement à écrire une histoire. Ce qui serait intéressant c’est que je vive un scénario que quelqu’un a écrit et que j’y ajoute mes ressentis (sourire).

 

17 – Si vous deviez dire simplement quelques mots de vous ou de votre ou vos œuvres, à un public, ce serait ?

Mes œuvres sont des instants de vie qui me ressemblent : piquants, pimentés, rapides, goûteux et je l’espère, savoureux.

 

18 – Quelles sont vos projets à termes (Court, moyen et long terme) ?

Je suis en train de finir le tome 2 de Panama.

J’ai écrit deux novellas BDSM qui sortiront bientôt dans la Collection Indécence.

Je suis sur la diction d’une romance érotique et d’une seconde trilogie.

Un roman BDSM est aussi en cours.

Et puis comme j’aime le mouvement j’ai d’autres projets qui verront le jour dans plusieurs mois, mais chut !

 

19 – Votre devise ? Votre couleur préférée ?

« Jamais un jour sans une ligne ! »

Que ce soit sur mon mac ou sur le livre de ma vie. Chaque journée doit m’apporter quelque chose, me nourrir et je me dois d’apporter quelque chose à quelqu’un et de le nourrir.

Ma couleur préférée ? J’en ai plusieurs mais en tant qu’Eva Adams c’est le rouge et le noir.

 

20 – Un remerciement particulier ?

En premier lieu mon Mari/Maître qui m’aide à être celle que je suis. Mes enfants bien sûr car ils vivent avec une pile électrique. Mon amie et correctrice qui est avec moi depuis le début. Ma famille dont ma sœur qui est ma première bêta-lectrice. Mes amies qui savent qui je suis et m’encouragent à aller plus loin. Lilian des Éditions L’Ivre-Book qui m’a ouvert les portes. Et moi tout de même, pour accepter de vivre par monts et par vaux tous les jours.